CHRONIQUE DU VENDREDI N° 165 DU 11 AOUT 2017

APECSY Img
Print Friendly

Archives de l’APECSY
LA CHRONIQUE DU VENDREDI (LA CDV)
Par
Dr Serigne Mbaye DIENE (Khalifa)
Président de l’APECSY
N⁰165du 11aout 2017

LE THEME DE LA SEMAINE : SPECIAL Hommage Posthume à feu Elhadji Ibrahima DIOUF « Tanar » : un grand et noble dignitaire de la Collectivité lebou de Yoff .

Lorsqu’il est retourné à son créateur la semaine dernière, le Ndèye Dji Rew Elhadji Ibrahima DIOUF « Tanar » avait largement dépassé les 90 ans au terme d’une vie bien remplie, empreinte de religiosité, de patriotisme, d’élégance physique, intellectuelle et morale, de dignité et de noblesse dans les gestes et les actes de tous les jours.
Prions Allah SWT pour qu’il lui pardonne tout péché et l’accueille dans son Janatul Firdawsi. Amine.
Feu Elhadji Ibrahima DIOUF était unanimement reconnu comme une autorité coutumière respectable et respectée avec un caractère bien trempé dans les vertus et valeurs morales cardinales des lébous de droiture, d’honnêteté, de sincérité, d’engagement indéfectible pour le triomphe des causes publiques les plus justes.
Ayant passé une grande partie de sa jeunesse à Dakar, il s’est exercé dans le métier de menuisier avant d’embrasser la carrière de laborantin à la Compagnie Générale des Eaux qui deviendra la SONEES après l’indépendance. Au moment de prendre sa retraite, en 1979, il y exerçait les fonctions de Chef de laboratoire, titre acquis après avoir obtenu un Brevet de Technicien Supérieur (BTS) à l’Université de Dakar. Il avait noué des solides amitiés avec de grands intellectuels lébous de Dakar comme feus le Ndèye dji Rew Elhadji Alioune DIAGNE Mbor et Elhadji Mbaye CAMARA.
De retour à son Yoff natal au début des années 1980, il se distingua par l’importance des responsabilités qu’il assuma pour son quartier et pour le village de Yoff. Il fut nommé délégué de quartier de Ndeungagne, en remplacement de feu Elhadji Mathioro DIENE, par une décision du Maire de la Ville de DAKAR, N° 141/CD/ Cab du 16 janvier 1986. Cette décision du Maire de l’époque Me Mamadou DIOP était approuvée par le Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Intérieur chargé de la décentralisation, M. Moussa NDOYE de Ouakam.
Bénéficiant de la confiance des autorités coutumières et religieuses de l’époque, n’étant pas encore de l’Assemblée de Freys, il avait été responsabilisé dans la gestion de la coopérative de pêche de Yoff au niveau duquel, il s’est déchargé petit à petit sur feu Elhadji Issa DIAL de Ndeungagne et feu Elhadji Samba Diop NDIAYE de Tonghor. Il avait également assisté un grand nombre de familles du village dans l’accès aux branchements à l’eau courante.
A l’avènement de la Commune d’Arrondissement de Yoff, il fut nommé Président des délégués de quartier de la Commune, charge qu’il avait assumée pendant plusieurs décades avant de décider de se retirer lorsqu’il sentait que le poids de l’âge ne lui permettait plus de l’exercer effectivement. Ce faisant, il fit preuve d’un grand doigté et d’un sens aigu de stratégie politique pour faire nommer un Yoffois comme son remplaçant à ce poste.
C’est dire donc que son amour pour son village et pour son quartier n’avait pas de limites. « C’est une grande autorité (kilifeu) de sa famille, de son quartier et de son village, qui avait voué respect et dévotion aux anciens, qui était à l’aise dans les villages lébous de la région de Dakar tout comme dans le BAOL notamment à Lambaye » témoigne l’historien Elhadji Ngalla GUEYE.
Nommé Ndèy Dji de Rew de Yoff, en 1998, ce patriarche et responsable moral de la lignée des « bègne » a su encadrer et orienter très tôt sous l’impulsion de son grand frère maternel El Hadji Issa GUEYE de Nguinta, les membres de sa famille maternelle pour qu’ils s’organisent dans le sens de l’entraide sociale et de la solidarité intrafamiliale et ce, bien avant que cette forme d’organisation ne soit empruntée par les autres Xeet ou lignées maternelles.
En fait, il est le précurseur ou initiateur de la charte de la coutume en cours de confection, selon M. Elhadji Mamadou Ngagne NDIAYE, Président des Magui Yoff, qui explique : « il m’avait interpellé au retour d’une rencontre avec un célèbre avocat de la place, qui nous avait suggéré d’élaborer une charte de la coutume pour limiter les dérapages qui s’observaient à l’époque du coté de certaines autorités coutumières. Il me remit un document de référence de Dakar Ouest et me demanda de m’en inspirer pour élaborer un projet de charte de la coutume de Yoff. »
Le Président des Magui Yoff de poursuivre : « Il était un modèle de droiture et de sincérité dans tout ce qu’il faisait et notamment dans l’exercice de ses fonctions de membre du Conseil de Notables de Yoff. Je me souviens de la grande émotion qui l’avait habité et les fortes recommandations qu’il avait prodiguées à son neveu Elhadji Ibra GUEYE lorsque ce dernier, de sa propre initiative, prêta serment devant le Conseil des notables, suite àson élection comme Premier Vice-Président de l’APECSY. »
En plus de ce témoignage, Elhadji Mamadou Ngagne a rappelé les termes d’un communiqué du Conseil des Notables de Yoff de février 2013 qui suspendait la participation des « borom ndombou tank » à l’exception des deux « Ndey dji rew » Elhadji Ibrahima DIOUF et Elhadji Assane Thiaw MBENGUE, qui furent considérés par ledit communiqué comme « les seuls crédibles ».
L’amour pour Yoff de ce grand patriote qu’était Elhadji Ibrahima DIOUF, s’est manifesté le plus nettement dans la considération et le soutien qu’il a apporté à l’APECSY. En effet dès les premières années après la naissance de l’association, et en sa qualité de conseiller très écouté des autorités coutumières de l’époque dont feu le Diaraf Elhadji Thierno Diop GUEYE, il s’était fait l’un des défenseurs les plus déterminés et les plus intraitables de cette organisation. Il avait grandement contribué à faire accepter l’APECSY aux autorités de l’époque grâce à l’efficacité de son plaidoyer constant.
Tout au long du chemin parcouru par l’APECSY, il n’avait jamais varié dans son soutien à ses responsables y compris les membres de son administration. « Il a su s’adapter à son siècle dans sa communication avec les autres notamment avec les jeunes générations. Il avait une grande capacité d’écoute et d’analyse rarement observée chez les personnes de son âge. Il ne ratait aucune occasion de nous prodiguer des prières et de ses sages conseils et de nous encourager à faire preuve d’abnégation pour mieux servir Yoff et ses habitants », témoigne Dr Oumar DIENE, Responsable de l’Administration de l’APECSY.
Même malade, le défunt Ndey dji Rew ne pouvait s’empêcher de répondre aux invitations de l’APECSY comme en attestent les deux évènements ci-après :
• Lors de l’assemblée générale de l’APECSY du 14 mars 1993 où il avait tenu à se lever de son lit de malade pour venir tenir les propos suivants : « Je suis malade, mais j’ai tenu à venir vous féliciter et vous encourager pour le travail gigantesque que vous abattez, mais je suis venu surtout pour fustiger le comportement dégradant et honteux de certains Yoffois, notables de surcroit, qui se sont illustrés dans des actes nocifs et de nature à entraver les objectifs et les acquis de l’APECSY sur le dossier de l’extension. Tenez bon, redoublez de vigilance et de persévérance. Que rien ne vous fasse dévier de la ligne de conduite noble que vous vous êtes tracée, »
• L’inauguration du Complexe Commercial Cheikh Tidiane MBENGUE le 21 novembre 2015 était l’autre évènement au cours duquel feu Elhadji Ibrahima DIOUF avait encore une fois surpris tout le monde lorsqu’il s’était présenté tout frêle devant la tribune d’honneur, comme en atteste la photo ci-dessous : « Mais mon oncle que venez-vous faire ici ? N’aviez-vous pas reçu des consignes fermes de garder le lit ? » l’apostropha son neveu et confident Elhadji Ibra GUEYE. « Mon cher neveu, quand il s’agit de l’APECSY, je ne peux m’empêcher de venir même si je dois trainer les pieds. » lui répondit-il.

Cet engouement pour l’APECSY se retrouve également chez certains de ses enfants dont Djibril Sylla DIOUF et feu Mamadou DIOUF (Raye) qui se sont illustrés pour leurs contributions de taille comme membres de l’instance dirigeante de l’APECSY.

La vie et l’œuvre de feu Elhadji Ibrahima DIOUF « Tanar » Ndey dji Rew resterons à jamais gravées dans le panthéon des Grands Hommes de Yoffi guedj.

Nous présentons nos condoléances à ses épouses, enfants et parents ainsi qu’à l’ensemble des autorités coutumières et religieuses de Yoff, de « Tanka » et toute la Collectivité Lébou du Sénégal.

Que la terre de Bélélane, lui soit légère. Amine !

Lire la suite dans les prochains numéros de la CDV. Vous pouvez trouver les numéros précédents de la CDV dans le site web de l’APECSYwww.apecsy.sn

Prochain Evenement

[qem]

Chroniques du Vendredi

Facebook

  • REUNION DU BUREAU ELARGI AUX PRESIDENTS DE COMMISSION, SAMEDI 21 JANVIER 2017 A 11H00 A KEUR APECSY.

  • En savoir plus