CHRONIQUE DU VENDREDI N°164 DU 14 JUILLET 2017

APECSY Img
Print Friendly

Archives de l’APECSY

La chronique du VENDREDI (La CDV)

Par

Dr Serigne Mbaye DIENE (Khalifa)[1]

Membre des Jambur i Yoff

N⁰164 du 14 juillet 2017

 

 

LE THEME DE LA SEMAINE : SPECIAL : Les institutions coutumières de Yoff vont-elles vers un blocage absolu ?                                                      

 

. Depuis plus des siècles, les habitants de Yoff jouissent d’un ordre social établi par des institutions coutumières jusque-là bien sauvegardées grâce à la sagesse ancestrale lebou passée de générations en générations. A travers ces institutions, tout Yoffois a la chance et le devoir d’exercer des responsabilités de citoyen en tant que Frey, Jambur, ou Maagui-Yoff.

Cet ordre social, ancré dans la coutume de Yoff et ses institutions a été perturbé ces derniers temps. Le mal qui aurait commencé à ronger ces institutions il y a plus d’une décennie, s’est empirée la fin de la semaine passée avec l’éclatement de l’organe dirigeante des Frey Yoff en deux bureaux distincts. Ce serait   à la suite d’une Assemblée Générale de la classe d’âge 1952-1956, convoquée, semble-t-il par une aile dissidente, appelée Comité d’Initiative. Cette situation inédite sans précèdent à notre connaissance, est grave et déplorable car elle affecte la première colonne du pilier central des institutions coutumières que sont les assemblées populaires coutumières.

C’est pour cette raison, qu’en notre qualité de membre de l’Assemblée des « Jambur » de Yoff, nous avons saisi l’occasion de ce numérospécial de la CDV, pour manifester notre profonde tristesse et notre désarroi face à cette situation et en profiter pour lancer un appel à tous les fils et filles de Yoff, avec l’appui des parents et amis de la communauté lébou et de toutes les bonnes volontés du Sénégal pour un apaisement des esprits et des cœurs et rétablissement de l’ordre dans le fonctionnement normal des institutions coutumières de notre cher village de Yoff.

Comme décrit dans le N⁰113 du 17 juin 2016 de la CDV, les Frey Yoff constituent la chambre basse ou premier niveau des Assemblées populaires coutumières. Ils « regroupent en général deux à trois classes d’âge, les plus jeunes parmi les personnes du « troisième âge »[2] dans tous les quartiers du village. Ils jouent un rôle équivalent à celui des officiers de police judiciaire et gardiens de la paix modernes.        Ils interviennent, entre autres, comme médiateurs sociaux avec pouvoirs d’interposition et de juges de paix communautaires en cas de conflit interpersonnel et familial, y compris l’administration d’amendes pécuniaires ».

Force est de constater que la prise de fonction de cette classe de 1952-1956 aux charges de Frey Yoff, survenue le samedi 15 août 2015, soit seulement vingt-trois mois, s’est faite d’une manière ostentatoirement tumultueuse, voire belliqueuse, qui n’a pas manqué de bouleverser tant soit peu l’ordre établi au sein des institutions coutumières et même d’éclabousser les autres institutions opérant sur le même terroir comme l’APECSY et la Commune en plus d’empirer la mésente  préexistante au sein du Conseil des Notables de Yoff.

En effet, la passation de service houleuse avec leurs ainés, notamment au niveau de la gestion des travaux de la grande mosquée, les interpellations qu’ils ont faites à l’Assemblée des « Maagui Yoff pour qu’elle fasse uneassembléegénérale de renouvellement, ce qui ne s’est jamais fait ; leur option de faire admettre au sein du Conseil des notables, des « borom ndombu taank » en qui la confiance du village avait été retirée, sontlà, entre autres, autant de griefs qui leur sont reprochés par une frange non négligeable de la communauté.

Mais de là à créer un autre bureau parallèle avec des membres qui ont appartenu à ce fameux « Haut Conseil de Notables » ? Est-ce vraiment la meilleure solution de sortie de crise ? Nous ne le pensons pas ! Cette division au sein de la direction de l’Assemblée des « Frey » ne fera qu’affaiblir toute la classe d’âge dans sa capacité de réussir son mandat historique. La sagesse aurait recommandé d’emprunter toutes les voies de recours possible pour faire un redressement interne au sein de la classe d’âge et préserver l’unité du groupe pour mieux continuer leur mandat dans l’ordre naturel de la coutume.

A défaut de le réussir, le constat de carence de l’ensemble de cette classe d’âge 1952-1956 se fera inéluctablement, et l’obligation de faire monter au créneau prématurément peut-être, la classe d’âge suivante, celle de 1957-1961 s’imposera.

C’est le lieu ici de lancer un appel solennel aux  Maagui Yoff et leur Président El Hadji Mamadou Ngagne NDIAYE, à nos collègues Jambur i Yoff et le Président, El Hadji Oumar Ngalla NDOYE, , avec l’appui des « borom Ndombi tank » élus par Yoff, en l’occurrence « Jaraaf Seyni GUEYE, le Ndey Ji Reew El hadji Babacar MBENGUE, le Saltigué Omar MBENGUE « Ndeumbane », l’Imaam Raatib de Yoff El Hadji Mohamed NDOYE et ses adjoints, le Porte-Parole du Khalife Général des Layènes, El hadji Mamadou Lamine Laye et le Cheikh Mansour DIOUF, Représentant du Khalife Général des Mourides à Yoff, Ngor Ouakam et Cambérene, pour une démarche de réconciliation et de paix entre les deux factions des Frey i Yoff, afin de les aider leur unite indispensable pour terminer leur mandat en beauté et dans l’intérêt supérieur de Yoff.

 

Nous saisissons en même temps cette occasion pour attirer l’attention des autorités des hautes autorités coutumières et religieuses citées ci-hautsur le dysfonctionnement actuel du Conseil des Notables de Yoff qui devient un mal profond et sérieux. En effet, depuis maintenant plusieurs mois, voire années, il est quasi impossible de réunir ensemble toutes les composantes et leurs représentants au Conseil. A chaque convocation, quand une partie vient, l’autre s’absente. Ceci est un péril grave pour la viabilité et le fonctionnement normal des institutions coutumières de Yoff.

Cette situation déplorable doit êtrerésolue rapidement pour dénouer la crise institutionnelle au sein de la coutume de Yoff qui fonce droit vers un blocage absolu.

Que Dieu nous en garde ! Amine.

 

 

 

 

 

Lire la suite dans les prochains numéros de la CDV. Vous pouvez trouver les numéros précédents de la CDV dans le site web de l’APECSYwww.apecsy.sn

 

[1]En collaboration avec M. Seydina Issa NDIAYE LAYE, Ancien Maire de Yoff, Conseiller Technique en Administration de l’APECSY, M. Ibra GUEYE dit Mame Ibra GUEYE, 1er Vice-président de l’APECSY, Dr Oumar DIENE, Assistant du Président en matière d’Etudes, Planification, Coordination Administrative et Financière (AP.EPCAF) de l’APECSY, Mlle NdèyeBineta Laye NDOYE, Assistante du Président en matière d’Administration et de Gestion des Ressources Humaines (AP.AGRH) de l’APECSY, Mame Mbouye DIENE, Assistante du Président, chargée de la Préparation des Etudes, de la Gestion des Publications et des Archives (AP.PEGPA)qui, chaque semaine font la revue avant publication du numéro de La CDV.

[2] Les plus de 60 ans.

Prochain Evenement

[qem]

Chroniques du Vendredi

Facebook

  • REUNION DU BUREAU ELARGI AUX PRESIDENTS DE COMMISSION, SAMEDI 21 JANVIER 2017 A 11H00 A KEUR APECSY.

  • En savoir plus