L’aménagement du terrain de prières et de sport de Yoff : Le rôle pionnier et décisif de l’APECSY

APECSY Img
Print Friendly

L’aménagement du terrain de prières et de sport de Yoff :

Le rôle pionnier et décisif de l’APECSY

Par Dr Serigne Mbaye DIENE dit Khalifa

Président de l’APECSY

30 mai 2018

 

  1. Contexte et justification de l’aménagement

 

Le site qui abrite aujourd’hui le terrain des prières de Yoff avait été abandonnée comme place des prières de Korite et Tabaski depuis 1932. Dans le contexte, de son combat pour l’obtention d’une zone d’extension pour Yoff, L’APECSY, en concertation avec les autorités coutumières et religieuses de l’époque, avait piloté.la stratégie d’aménager et de retourner à cette ancienne place comme une manifestation de la volonté farouche de Yoff de passer outre, les dispositions du décret 75-590 MTPUT/DUH du 5 juin 1975, qui limitait officiellement le village à l’Est par « la voie d’accès au cimetière musulman de Dakar ».

 

A l’issue d’une réunion du Conseil des Notables, tenue chez Feu Jaraaf El hadji Thierno Diop Guèye à Ndeungagne, le Mercredi 15 Juin 1982, la décision fut prise d’appeler toute la population de Yoff à se retrouver le dimanche 11 juillet 1982, au niveau de cette ancienne place des prières, faite de dunes et dunettes, et qui servait à l’époque de pâturage pour les troupeaux de vaches et les exploitants des cornes de bœuf, pour commencer son aménagement

.

  1. Conduite pratique des travaux deterrassement par l’APECSY

2.1 Mobilisation des moyens matériels et financiers

Profitant de ses bonnes relations avec les services de l’Etat, l’APECSY sollicita d’abord les services des Travaux Publics, pour l’obtention de gros moyens de terrassement telle qu’une niveleuse, qu’il fallait aller chercher jusqu’à Rufisque. Elle s’adressa ensuite à feu Mamadou Diop, alors Ministre de la Santé Publique, en sa qualité de responsable politique de Yoff, pour lui faire comprendre que Yoff était à pied d’œuvre pour le terrassement de l’ancien terrain de prières avec un besoin de moyens logistiques supplémentaires plus puissants. Ce dernier déboursa séance tenante une importante somme d’argent pour la location d’un bulldozer et l’achat de gasoil.

Avec ces moyens lourds, une contribution financière complémentaire fut obtenue du village, dont une levée de fonds des Freys Yoff Classe 1913[1] -1919, sous la conduite de leur Président Feu El hadji Youssoupha Ndir, à partir des sept (7) quartiers traditionnels pour réunir une somme totale de soixante-dix-neuf mille (79 000) FCFA. Le Jaraaf El Hadji Thierno Diop Gueye, en sa qualité de Chef du village, à son tour, dégagea la somme de trois cent mille (300.000) FCFA. Toutes ces sommes furent remises au Président de l’APECSY et son équipe, chargés de la conduite des travaux de terrassement. Ils établirent une petite tente de fortune sur le site en compagnie du Président des Frey. Chaque matin, il fallait acheter, à l’aéroport, le Gasoil nécessaire pour les engins bulldozer, rouler les futs de 200 litres jusqu’au terrain.

L’objectif d’organiser la prière de la Korite prévue le 22 juillet 1982 n’étant pas atteint, les autorités religieuses et coutumières décidèrent de tenir la prière à la grande mosquée et non sur le terrain en cours de terrassement. Pour continuer les travaux, l’APECSY et le Conseil des Notables durent faire face à deux défis majeurs :

  1. La position de l’Etat qui n’avait pas encore donné une suite favorable à la requête d’extension du village qui luiavait été soumise par l’APECSY ;
  2. les propriétaires fonciers de l’espace visé qui n’avaient encore été consultés.

2.2 Négociations avec l’Etat et les propriétaires fonciers pour lever les contraintes

  1. a) Approbation des services de l’Urbanisme :

Pour relever le premier défi, l’APECSY fit un important travail de lobbying qui a abouti à une réunion le 30 juillet 1982 avec le Ministre de l’Urbanisme feu Oumar Wellé à la suite de laquelle, le Chef du service Régional de l’Urbanisme feu Macky Sall (ancien Maire de Guedjawaye) et Samba Diouf, technicien à la Direction de l’Urbanisme et de l’Architecture (DUA) se déplacèrent  pour une rencontre sur le site avec l’APECSY, en présence des Notables: feu El Hadj Jaraaf Thierno Diop Guèye, feu El Hadj Bayda Mbengue Saltigué, feu El Hadj Elimane Thiaw Imam Raatib, feu El Hadj Mamdou Ndoye (Ngoongue), membre des Frey Yoff et propriétaire foncier[2],  feu El hadj Mbor Gningue, notable. Au terme des discussions, un accord parfait et total pour la poursuite du terrassement entamé est obtenu puisque l’espace ainsi visé correspond sur le plan d’aménagement de la zone Nord Foire comme emplacement réservé aux équipements collectifs, notamment le terrain de prières, de sport ainsi que l’implantation d’une école. Etape décisive.

 

  1. b) Accord des détenteurs de propriété coutumières sur le site

S’agissant de la propriété foncière, une rencontre sur le site eut lieu le dimanche 12 Septembre 1982  entre le Conseil des Notables, l’APECSY et les propriétaires de terrains pour une entente sur la poursuite des travaux terrassement. Un accord verbal fut obtenu de la famille des Dorobes représentée par leur porte-parole feu El hadji Birane Mbengue pour l’occupation par Yoff, de leur terrain non immatriculé, largement englobé dans le terrain en cours de terrassement. En guise de réponse, feu Jaraaf El Hadji Thierno Diop Gueye rétorqua : « Birane, Dorobes yi douniou geuna goré Yoff » « Birane, les Dorobes n’auront pas plus le sens de ’honneur et de la  dignité que Yoff ». Que voulait-il dire ? Qu’à terme Yoff prendra les dispositions utiles pour une certaine forme compensation quand l’objectif sera atteint. Nous verrons dans les prochains numéros comment Yoff aura respecté ses engagements dans ce domaine.

  1. Délimitation du terrain de prières et du terrain des sports

La première prière de retour sur cet ancien lieu de prieres était planifiée lors de la célébration de la fête de la Tabaski de l’année 1982, il fallait donc boucler tout le travail de terrassement et délimiter  le terrain de prières et enfin construire le podium pour les sermons de l’Imam. Dans ce sens, un évènement crucial s’est produit le 21 septembre 1982. Tôt le matin, les responsables de l’APECSY invitèrent l’Imam Raatib feu Elhadji Elimane Thiaw et le feu le Jaraaf  El hadji Thierno Diop Gueye, Chef du village sur le site pour la délimitation du terrain de prières.

Munis d’un décamètre, ils identifièrent le point central  qui divise en deux  la superficie totale estimée à 3 hectares. Ils appelèrent l’Imam à les rejoindre au niveau de ce point central et  lui dirent : «  Mame Ilimane, sap julikaya ngui (la partie Ouest)» « Mame Ilimane, voici votre terrain de prières». Ce dernier se retourna vers la partie Est et posa la question sur sa destination. Les responsables de l’APECSY répondirent qu’ils l’avaient réservée comme terrain des sports pour les jeunes. Pris de court, l’Imam secoua la tête affichant une certaine perplexité devant ce fait accompli pour ne pas dire « coup de force en douceur» de la part de l’APECSY. Mais comme cette dernière, venait juste d’offrir à Yoff, une victoire éclatante dans la réalisation de son objectif de réoccuper cette place des prières comme traduction de sa volonté de passer outre la limite de Yoff imposée par l’Etat, il était difficile de lui refuser une telle demande. L’imam finit par acquiescer en disant « Oq !! Xana mbonk in def nogou » « Oq, faisons comme cela alors ».

  1. Célébration le 28 septembre 1982de la Tabaski sur le terrain aménagé

Pour compléter le travail d’amenagement du terrain de prières, la construction d’un podium fut entreprise par Balla Ndiaye à la demande de l’APECSY, construction qui s’acheva à 4 jours de la célébration de la fête de la Tabaski. Celle-ci, intervenue le 28 septembre 1982, fut un grand jour,  car après 48 ans, le village de Yoff venait de retourner ainsi à son ancienne place de prières, gagnant ainsi une bataille significative dans son combat pour l’extension du village de Yoff. C’est pour cette raison que des remerciements appuyés et prières spéciales furent formulés à l’endroit de l’APECSY et de ses dirigeants, qui acquirent ainsi des galons et un nouveau de statut de leader dans la gestion des affaires du village. .

  1. Plaidoyer de l’APECSY pour l’amenagement du Stage de Yoff

Pour des raisons socioculturellles et religieuses, l’emplacement initialement prévu pour un stade à Yoff, prés du cimetiere de Layène, avait été abandonné, Donc le village est resté longtemps sans un stade, pour une pratique optimale de toutes les disciplines sportives.

Dès après, la Tabaski, les responsables de l’APECSY accompagnés du Président des Espoirs de Yoff de l’époque, M. Aziz Ndoye, aujourd’hui Conseiller du Maire de Yoff, pour les Affaires Sociales et Religieuses sollicitèrent encore une fois, feu  Mamadou Diop, Ministre de la Santé Publique et Responsable Politique de Yoff pour lui soumettre la doléance de la construction d’un stade de Yoff, sachant que les élections de 1983 pointaient à l’horizon. M. Abdou Diouf se présentait pour la première fois au suffrage universel après le retrait de son prédécesseur, feu M. e Président Léopold Sédar Senghor. Ils s’exprimèrent en ces termes :

« M, Le Ministre, les jeunes de Yoff ne sont pas contents, car privés d’un terrain de sports depuis toujours, et ils risquent de manifester cela durant les prochaines élections ». « Mais moi, je veux bien leur faire construire un stade mais le problème est le terrain…si vous trouvez un terrain aujourd’hui, demain les travaux du stade commenceront». Rétorqua Mamadou Diop. « Nous avons maintenant un terrain pour abriter un stade » répondirent les responsables de l’APECSY. « Ah bon, allez toute suite voir Libasse Diop Débo, entrepreneur à Cambérène de ma part et dites-lui de me présenter un devis afin de commencer le plus tôt possible les travaux du stade. » répondit feu Mamadou Diop. Les responsables de l’APECSY et de l’équipe des Espoirs de Yoff, ne se firent pas prier pour rendre immédiatement chez l’entrepreneur de Cambérène qui avait l’habitude de travailler étroitement avec feu celui la, pour l’informer de la requête du Ministre Mamadou Diop. Les travaux d’aménagement du stade de Yoff démarrèrent quelques jours plus tard. L’APECSY continuât à travailler avec feu Mamadou Diop jusqu’à obtention du financement de la clôture par la Commune de Dakar sous l’égide de M. Mamadou Diouf ancien Sécrétaire Général et l’entrepreneur M. Massamba Mbengue qui en fut l’Entrepreneur chargé des travaux.

[1] Nous ne sommes pas surs de la borne inferieure de cette tranche d’âge

 

[2]Elhadji Mamadou Ndoye (Ngoongue) avait vu le morcellement de son titre foncier bloqué  par le plan d’aménagement de la zone Nord Foire en préparation àl’époque

Prochain Evenement

[qem]

Chroniques du Vendredi

Facebook

  • REUNION DU BUREAU ELARGI AUX PRESIDENTS DE COMMISSION, SAMEDI 21 JANVIER 2017 A 11H00 A KEUR APECSY.

  • En savoir plus