Programmes

Print Friendly

LE PROGRAMME ECO-COMMUNAUTAIRE DE YOFF

Culture2  Culture1 00_376278_440484639324647_1406497640_n

Au sortir de la Conférence, L’APECSY et la Commune d’Arrondissement de Yoff (qui venait de naitre et a pris le relais de la Ville de Dakar) ont mis sur pied le programme éco communautaire de Yoff (Eco Yoff). Ce programme se propose de faire de Yoff un laboratoire de durabilité qui vise un développement endogène, global et durable. Ainsi, aussi bien sur les plans social, économique, culturel qu’environnemental, ce programme s’est engagé à améliorer le bien-être des populations d’ici l’an 2020, c’est à dire en une génération. De ce fait, il constitue un instrument de suivi de la dite Conférence.
Ce programme s’articule autour de cinq composantes que sont :

[tabs] [tab title= »Culture et Spiritualité »] Cette composante est surtout mise en exergue à travers le Festival International Eco Arts. Ce festival est axé sur la promotion des cultures des peuples de l’eau. Il est organisé depuis 1998. Le choix porté sur le terme « eau » trouve sa justification dans son rôle unificateur et sa quasi-présence dans les cultures de ces peuples. Il s’agit, par cet événement, de bâtir le socle qui permettra à ces peuples, bien imprégnés de leur identité culturelle, de faire face au risque d’implosion de leurs groupes sociaux et à l’effritement de leurs valeurs positives de civilisation

C’est là une démarche qui devrait permettre de s’ouvrir à d’autres cultures du monde tout en amoindrissant au maximum les risques d’acculturation et de déperdition.

Pour réaliser le festival, le programme Eco Yoff a bénéficié en plus de l’adhésion de la population yoffoise, du soutien de plusieurs partenaires dont les Ministères de la Culture, de la Jeunesse et de la Communication, du Conseil régional de Dakar, la Ville de Dakar, de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire Cheikh Anta DIOP (IFAN Ch. A. Diop), du Conseil International des Organisations des Festivals de Folklore et d’arts traditionnels (CIOFF), du regroupement des cadres lébou : le  » PEEY  » …

Depuis la deuxième édition du festival, une ouverture a été notée vers non seulement des groupes ethniques nationaux (les Sérères Niominka, les Diolas et les Soubalbé), mais aussi vers des peuples occidentaux (les Breton, les Belges…). Le programme d’activités a tourné autour des spectacles « sons et lumières « , du carnaval, des podiums, des fora.

Au bout de cinq éditions ce festival devrait permettre la mise en place de l’écomusée de la communauté lébou. [/tab]

[tabs] [tab title= »Education et Formation »] Ici, le programme Eco Yoff ambitionne d’augmenter et d’améliorer les infrastructures scolaires. Aussi il est prévu de renforcer les capacités des habitants dans différents niveaux de formation. Cette composante a été surtout développée à partir des nouvelles technologies de l’information et de la diffusion du concept de développement durable.

  • La formation dans les nouvelles technologies de l’information et de communication s’est appuyée sur la mise en place du Système d’Information Urbain Populaire (SIUP).

Création d’un site Internet comprenant une base de données sur la Commune d’Arrondissement de Yoff.

Passage de l’oral au virtuel en s’appuyant sur l’écrit (collecte, rédaction et vulgarisation de l’histoire du village).

Formation du personnel administratif, des élus locaux de la Commune d’Arrondissement de Yoff et de particuliers, en informatique et en utilisation des bases de données.

Participation aux différentes fêtes de l’Internet.

Possibilité offerte aux populations d’une part, de recevoir et d’envoyer leurs courriers électroniques avec l’assistance de moniteurs et d’autre part, de consulter la page web du SIUP au niveau des Centres d’Information Populaire (CIP).

Formation pratique sur des logiciels de secrétariat-bureautique (Word, Excel…) et sur la conception et la création de pages web.

D’ailleurs, le SIUP a été primé en 1999 meilleur site africain dans le domaine du développement communautaire, à l’issue d’un concours organisé par l’UNESCO et WOYAA. Au courant de l’année 2000, il a également reçu d’une part, le prix ALCATEL sur les passerelles culturelles, en marge de la conférence de Bamako 2000 sur Internet et d’autre part, le prix Mention d’Honneur Internationale délivré par l’Ambassade de France à Dakar et l’association VECAM. En 2007 deux Mentions Spéciales pour le Label Villes Internet africaines.
– Concernant la diffusion du concept de développement durable, elle s’est essentiellement faite par le biais d’un cours dispensé par le programme Eco Yoff à travers l’ONG Centre de Ressources pour l’Emergence Sociale Participative (CRESP). Depuis 1999, ce cours regroupe pendant trois semaines du mois d’octobre, des étudiants sénégalais et américains autour d’un programme articulé autour du concept de développement durable en Afrique. Il permet d’illustrer et d’appliquer ces concepts sur la base de l’écologie humaine et du développement local du peuple lébou.[/tab]

[tabs] [tab title= »Economie et Sécurité alimentaire »] Cette composante s’articule essentiellement autour de deux aspects à savoir :

Assurer la sécurité alimentaire des populations par un développement de la production agricole et animale, en utilisant les technologies modernes.

Stimuler le développement de structures actives génératrices d’emplois et l’organisation de l’épargne et du crédit.

Pour cela, l’APECSY s’est non seulement lancée dans un programme d’encadrement des populations à travers des groupements d’intérêt économique. Ainsi des GIE sont aidés par l’APECSY dans la conception des projets et les recherches de financement. Sur un autre plan, il est recommandé aux différents acteurs économiques (pêcheurs, artisans…) d’exercer une pression respectueuse sur les ressources naturelles afin d’espérer pérenniser leurs revenus. [/tab]

[tabs] [tab title= »Population, Santé »]Cette composante s’appuie sur deux niveaux :

 Créer et soutenir les conditions d’un meilleur équilibre entre la taille de la population et les ressources naturelles.

Améliorer la situation nutritionnelle et sanitaire des enfants d’âge préscolaire et scolaire ainsi que des autres groupes vulnérables (femmes enceintes ou allaitant).

Des Projets de Conception du Programme de Nutrition Communautaire Sans vivres ainsi que Etude sur l’anémie et le programme Préscolaire (Publication Scientifique) ont été exécutés dans ce domaine. [/tab]

 

[tabs] [tab title= »Environnement »] Cette composante est axée sur trois aspects :

1. Assurer la protection de l’environnement par la lutte contre l’érosion (éolienne, maritime et pluviale), la perte de la biodiversité et la désertification.

2. Développer et mettre en place les infrastructures adéquates pour l’assainissement du cadre de vie
(collecte, évacuation et recyclage des eaux et des déchets).

3. Etablir un modèle d’écovillage pour la démonstration et l’enseignement des principes de reconstruction écologique.

A l’état actuel des choses, le volet de l’assainissement connaît des avancées très significatives.

Après les expériences vécues dans le nettoiement des dépotoirs de déchets et la construction des puisards le long de la route de l’aéroport et sur une partie de la plage, le programme Eco Yoff a, par le biais de la coopération, mis à profit les compétences de la compagnie COTERRE, pour lancer les travaux d’expérimentation de l’assainissement biologique à Yoff.

Une des recommandations retenues lors de la Conférence Internationale des Ecovilles et Ecovillages de Dakar, a été de mettre sur pied un centre d’études et de recherches sur les technologies environnementales pour améliorer les conditions de vie des populations. C’est dans ce sens que l’Eco Centre a été mis sur pied, pour contribuer à résoudre les problèmes d’assainissement notés dans cette localité. C’est une démarche qui devrait participer à améliorer le cadre de vie yoffois. Dans la réalisation de cet Eco Centre, la compagnie américaine COTERRE, spécialisée dans la planification urbaine et dans l’architecture, a pris une part active. En plus, cette compagnie a eu à apporter des correctifs dans le plan initial de découpage de la zone d’extension du village pour l’adapter aux normes d’assainissement écologique.

La mise en œuvre de cette technologie écologique était le fondement de la création de la Cité Ecologique dans la zone d’extension. Cette cité écologique devait être le modèle africain d’un Éco Village Urbain en Afrique Entre autres services qu’offre cette technique d’assainissement, nous pouvons retenir :

Gérer les eaux usées ménagères et les déchets biodégradables,

 Minimiser les impacts de la pollution des déchets fécaux,

 Récupérer les ressources valorisantes des déchets et minimiser le volume des déchets dans leur globalité, en procédant par recyclage et tri depuis les maisons,

Minimiser les impacts du manque d’eau sur la santé et l’environnement

 Mettre sur pied un système de développement durable en milieu périurbain et urbain.

Ainsi donc, l’APECSY, à travers cet outil de gestion durable que représente le programme Eco communautaire de Yoff, participe à l’amélioration des conditions de vie des populations, en s’inscrivant dans un processus de développement durable. [/tab]

[/tabs]

Prochain Evenement

[qem]

Facebook

  • REUNION DU BUREAU ELARGI AUX PRESIDENTS DE COMMISSION, SAMEDI 21 JANVIER 2017 A 11H00 A KEUR APECSY.

  • En savoir plus